Pénible !

Encore peu connu, le syndrome de la queue morte provoque de vives douleurs au niveau de la queue du chien.

Les labradors sont particulièrement touchés par le syndrome de la "queue morte"

Le syndrome de la "queue morte" n'est pas très connu en France, également appelé syndrome de la queue froide, de la queue molle ou de la queue cassée, cette maladie qui touche nos amis les toutous.

Pourtant, il est fort probable qu'il affecte de nombreux chiens à travers le monde car il touche une espèce particulièrement appréciée par les français : le labrador. Les symptômes de cette maladie sont les suivants : la queue de l'animal est molle et extrêmement douloureuse lors de la manipulation, le propriétaire peut aussi observer une raideur à la base de la queue. Le chien évite alors de la remuer et la laisse pendre. Bien qu'il ne soit pas mortel, le syndrome de la "queue morte" occasionne de vives douleurs. Il a pour origine des dommages musculaires au niveau du coccyx. Les vétérinaires sont rarement sollicités pour de tels cas car les symptômes disparaissent après quelques jours ou après quelques semaines de repos. 

Une maladie liée à des facteurs génétiques

Le Dogslife Project est une étude de grande envergure visant à suivre la santé et le bien-être de plus de 6.000 labradors à travers tout le territoire. Dans le cadre de ce projet et afin de cerner un peu mieux les causes de cette maladie, l'Université d'Edinburgh (Ecosse) a procédé à une étude dont les résultats ont été publiés le 27 juin 2016 dans la revue spécialisée Veterinary Record. Les chercheurs ont analysé le quotidien de 38 chiens présentant les symptômes du syndrome de la "queue morte" et de 86 chiens sains. L'objectif a été de comprendre pourquoi seulement certains chiens déclarent ce trouble. Les scientifiques ont donc proposé un questionnaire aux propriétaires des 124 canidés afin de passer à la loupe leurs habitudes et leur mode de vie. Après avoir décortiqué les résultats, il est apparu que la nage était un facteur de risque. Ensuite, les chiens qui habitent dans des régions situées au nord du pays sont également plus touchés, sans doute à cause du froid. Les animaux de travail, qui produisent des efforts quotidiens sont également plus enclins à souffrir de la "queue morte". Enfin, les risques augmentent si les parents de l'animal ont eux-mêmes été atteints ce qui sous-entendrait un facteur génétique. L'équipe de chercheurs souhaite que désormais, les études se portent sur la découverte des gènes responsables.

source

Conversations Facebook