Poignant !

Un chiffre révoltant et fracassant, le gouvernement norvégien autorise le harponnage de 999 cétacés par an. Un bilan plus important que le Japon et l’Islande réunis, les deux autres pays chasseurs de baleines. Gros choc pour les organisations de défense de la nature qui se sont indignées mercredi en réaction aux informations selon lesquelles l'immense majorité des baleines harponnées en Norvège étaient en gestation.

Des images crues et indescriptibles à l'appui, un documentaire diffusé mardi soir par la radiotélévision publique NRK affirme que plus de 90% des petits rorquals (ou baleines de Minke) tués chaque année dans les eaux norvégiennes sont des femelles et que "presque toutes" sont gravides.

"La chasse à la baleine n'en est que plus inacceptable", a réagi le leader de Greenpeace Norvège, Truls Gulowsen. "A la fois parce que c'est contraire à une interdiction internationale mais aussi parce que, c'est indéfendable du point de vue du bien-être animal de chasser des animaux à un stade avancé de leur grossesse", a-t-il dit à l'AFP.

Ne s'estimant pas tenue par le moratoire international de 1986, auquel elle a formellement objecté, la Norvège est, avec l'Islande, le seul pays au monde à autoriser la chasse commerciale à la baleine. Le Japon pratique aussi la chasse mais officiellement à des fins scientifiques, même si une grande partie de la viande est ensuite écoulée sur le marché.

Oslo, qui juge leur population viable, a autorisé cette année le harponnage de 999 cétacés, soit 199 de plus que le quota accordé en 2016.

"C'est horrible d'apprendre qu'un taux aussi élevé de baleines tuées en Norvège sont des femelles gravides", a aussi déploré l'ONG suisse OceanCare. "Les chasseurs de baleines ne tuent pas seulement des baleines existantes mais aussi la génération suivante", a-t-elle souligné dans un communiqué.

Chasseurs et experts n'y voient, eux, pas un problème.

"De nombreux animaux d'abattage sont envoyés à l'abattoir alors qu'ils sont en gestation", affirme dans le documentaire Egil Ole Øen, un vétérinaire spécialiste de la chasse à la baleine.

"Nous avons une approche professionnelle et on ne réfléchit donc pas à ça", fait valoir Dag Myklebust, capitaine et harponneur du baleinier Kato. Le fait qu'elles soient gravides "est un signe de bonne santé", ajoute-t-il devant la caméra de NRK.

Source

Conversations Facebook