Un miracle !

La fin du supplice... La guérison et la magie sonnent à la porte de l'homme-arbre. Cette vilaine maladie est à présent derrière lui. Après avoir subi 16 opérations, Abul Bajandar pourra bientôt sortir de l'hôpital et mener à nouveau une vie normale. Ce Bangladais de 27 ans, surnommé "l'homme arbre", est atteint depuis l'âge de quatre ans d’épidermodysplasie verruciforme, connue également sous le nom de Lewandowsky-Lutz. 

Cette maladie de peau, surnommée ainsi en raison des verrues en forme d'écorces qui recouvrent les mains et les pieds du malade, ne touche que trois personnes dans le monde d'après le Medical College Hospital (DMCH) de Dacca, la capitale du Bangladesh.

L'un d'eux, qui n'est autre qu'Abus Bajandar, s'est récemment fait opéré après plusieurs années de souffrance. "Le traitement de Bajandar constitue un tournant pour l’histoire des sciences médicales. Nous l’avons opéré au moins 16 fois pour lui retirer ses verrues", a déclaré le Dr Samanta Lal Sen, coordinateur de la chirurgie plastique au Dhaka Medical College Hospital. Et d'ajouter: "ses mains et ses pieds sont presque guéris.

Il pourra sortir dans les 30 prochains jours, après une série d’opérations mineures pour améliorer la forme de ses mains".

Visiblement ravie d'en avoir fini avec ce calvaire (du moins, il l'espère), ce père de famille s'est exprimé pour la première fois depuis son lit d'hôpital. "Je croyais que je ne pourrais jamais porter mon enfant", a-t-il ainsi déclaré précisant qu'il se "sent beaucoup mieux". "Je peux tenir ma fille sur mes genoux et jouer avec elle. J'ai hâte de rentrer à la maison", a-t-il ajouté.

Originaire du district de Khulna (sud), il espère désormais ouvrir un petit commerce grâce aux dons qui lui sont parvenus. Car le jeune homme avait dû abandonner son activité de vélo-pousse en raison des racines (de 5 à 7 cm) qui se trouvaient sur ses extrémités. 

En 2008, un villageois indonésien, Dede Koswara, s'était déjà fait opérer pour la même maladie. Des excroissances lui poussaient sur tout le corps, et même le visage, à tel point qu'il ne pouvait plus se nourrir seul ni se déplacer. Emu par un reportage sur sa personne, le président indonésien lui avait envoyé les meilleurs médecins. Cinq kilos d'excroissances, soit 95% de ses verrues, lui avaient alors été retirées. 

Elles n'ont malheureusement pas tardé à revenir et l'homme doit régulièrement se faire réopérer. 



Conversations Facebook