Ce phénomène peut survenir plusieurs fois pendant la nuit durant les phases de sommeil lent et paradoxal.

La nuit, quand on dort, on se repose, on rêve, on ronfle (pas nous, Chéri), on récupère, et on a bien raison. Mais le lendemain matin, quand on se réveille (fraîche comme un bouton de rose bien sûr, et impatiente d'aller travailler!) et qu'on a oublié nos rêves, on se dit que finalement, même si parfois on bouge un peu, pendant notre sommeil, il ne se passe pas tant de choses que ça.

Eh bien c'est une grossière erreur ! La nuit, ce n'est pas parce que notre esprit est au repos que notre corps reste complètement inactif. C'est même tout le contraire d'ailleurs ! Parce qu'une fois endormi, même si on ne le sent pas, il faut savoir que notre corps en profite pour faire plein de petites choses bizarres !

L’émission des mots pendant le sommeil peut survenir sans que le sujet ait une conscience précise et immédiate de cet événement. Elle peut être spontanée ou provoquée par une conversation avec le dormeur.

La somniloquie désigne le fait de parler en dormant. Ce phénomène peut survenir plusieurs fois pendant la nuit durant les phases de sommeil lent et paradoxal.

Le dormeur peut parler plus ou moins fort et ses paroles peuvent aller de quelques mots à de longues phrases plus ou moins compréhensibles. Le contenu du discours peut être lié à des événements de la vie quotidienne ou au contenu d’un rêve en cours.

A noter : à son réveil, la personne ne se souvient pas de ce qu’elle a dit car les propos tenus pendant la nuit sont automatiques et n'atteignent pas sa conscience. Le dormeur ne maîtrise pas ses propos au cours de son sommeil.

Est-ce fréquent ?

La somniloquie est un phénomène relativement courant. Elle concernerait 5 à 18 % de la population. 

Elle peut se manifester à tout âge, mais elle est plus fréquente chez l’enfant et l’adulte jeune.

Ce trouble du sommeil, qui apparaît souvent dès l’enfance, est favorisé par la fièvre, le stress, les changements de lieu ou d’habitudes. Il peut aussi être provoqué par certains médicaments.

Les épisodes de somniloquie peuvent survenir dans n’importe quel stade de sommeil, généralement au cours du sommeil lent léger et parfois au cours du sommeil paradoxal ou du sommeil lent profond.

Souvent, le contenu des épisodes survenant en sommeil lent est en relation avec des événements de la vie quotidienne ou des sujets de préoccupation, alors que ceux qui surviennent en sommeil paradoxal ont un lien direct avec le contenu du rêve en cours.

2. «J’ai serré ma copine très fort et lui ait murmuré: “Je t’aime, peu importe ce que tu lâches dans les toilettes.“»-Zack Jacobs, Facebook

3. «J’accuse mon mari de négliger nos tortues dans mon sommeil. Je lui demande s’il les a nourries, s’il les a sorties, etc. Et on n’a même pas de tortues.»

4. «Mon mari s’est retourné et a dit: “Ta mère a mangé mon hot dog — je vais l’envoyer dans le septième cercle des enfers.”»

6. «Une nuit, je me suis levée pour aller faire pipi et mon copain, endormi, m’a agrippée par les sous-vêtements et a hurlé: “TU VAS OÙ ?’, je lui ai répondu: “Je vais pisser!”, ce à quoi il a rétorqué: “PUTAIN, Heather, y a toujours un truc avec toi.“»

7 «Ma grand-mère dormait sur le canapé et m’a dit: “si des gens viennent ici et te demandent ce que sont les huîtres, dis que tu ne sais pas.”»

8. «Une fois, j’ai balancé le téléphone de ma mère à travers la pièce et gueulé : “C’EST TROP TARD !“»

10. «La première fois que mon mari m’a dit qu’il m’aimait, c’était en parlant dans son sommeil. Il a roulé vers moi, m’a claqué très fort les fesses, et a dit: ‘je t’aime, gros cochon.’»

11. «Mon petit-ami m’a chanté: “MON PÉNIS A UN PRÉNOM…” sur l’air de la chanson d’Oscar Mayer Wiener.»

–sashar2

12. «Mon fiancé m’a réveillée en plein milieu de la nuit et m’a dit très sérieusement: “Bébé, est-ce que ça t’énerverait si je mettais un rouleau de sopalin par terre et que je pissais dessus?” Je lui ai répondu en criant: “Pourquoi? Tu l’as fait !?”, il m’a souri et dit: “Nan!’, avant de se retourner et de se rendormir.»

14. «Mon mari m’a dit: “Mec, je n’arrive pas à croire à quel point Hitler était musclé.”»

15. «Quand mon mari et moi on a commencé à sortir ensemble, la PREMIÈRE fois que je l’ai entendu parler dans son sommeil il a dit: ‘Putains de rongeurs, ils bouffent mes putains de carottes.’»

16. «Mon mari m’a sorti de nulle part: ‘Roxy, tu ne peux pas ACHETER le Canada juste comme ça!’»

18. «”Ce n’est pas à moi de garder les chèvres au chaud.” Mon mari.»

19. «Une fois, mon copain a marmonné: “Hey, joli bateau.” Je n’étais pas sûre d’avoir bien compris alors j’ai dit: “Quoi?”, il s’est relevé, les yeux toujours fermés, il s’est penché vers moi et m’a gueulé: ‘BATEAU’ à la figure..»

20. «Une fois, à une soirée pyjama, ma cousine a hurlé: “JAMBOOOOOOON!!” et tout le monde a failli se chier dessus.»

21. «Je dormais chez ma cousine et elle s’est littéralement levée d’un bond en hurlant : “Rends-moi mon putain de Lego, David.”»

23. «Une nuit, ma sœur a rigolé comme si elle était possédée, s’est arrêtée d’un coup, puis m’a calmement murmuré: “…saucisses” avant de se rendormir.»

24. «Quand ma sœur et moi on était toutes seules dans la voiture, elle m’a subitement demandé avec une voix effrayée: “Pourquoi les poneys ne portent que des pantalons?”, le truc le plus bizarre c’est qu’elle l’a dit en anglais, on est norvégiennes.»

25. «Mais donne lui la sauce et laisse-la danser.»

source

Conversations Facebook