Scandaleux !

Horrible ! Les réseaux sociaux sont désormais le théâtre de scènes tragiques et inimaginables, des actes barbares et sauvages. Une jeune Américaine de 14 ans a mis fin à ses jours dimanche et a diffusé son suicide en live sur Facebook. Ses amis ont assisté à la scène, impuissants.

Naika Venant avait 14 ans et toute la vie devant elle. Mais cette adolescente américaine a décidé de mettre fin à ses jours de la plus atroce façon : elle a diffusé son suicide en direct sur Facebook. Ses amis horrifiés ont tout essayé pour qu'elle ne commette pas l'irréparable. Dimanche, jour du drame, alors que la vidéo live venait de s'interrompre, sa page a été inondée de messages inquiets.

Naika vivait en famille d'accueil à Miami. Le département des services sociaux enquêtent sur cette mort tragique. Une amie de Naika a tenté de lui venir en aide. Elle a prévenu la police mais a donné la mauvaise adresse. Le temps que les secours arrivent au bon endroit, Naika ne respirait plus. Elle s'était pendue dans la salle de bain. Les internautes ont assisté à la préparation de sa mort: ils ont pu la voir faire un nœud dans une écharpe qu'elle a ensuite passée autour de son cou.

Selon les premiers éléments de l'enquête, Naika était une jeune fille fragile. Elle a été battue par sa mère biologique et a été violée par un garçon plus vieux qu'elle dans le foyer où elle avait été placée. Elle a passé plus de la moitié de sa vie en famille d'accueil.

Mais le plus inquiétant dans cette histoire c'est le rôle de sa maman dans cet effroyable incident : Selon une plainte déposée le 9 février auprès du Département des Enfants et de la Famille de Floride (DCF), cette personne a publié «des commentaires considérés comme injurieux envers son enfant suicidaire».

De plus, Gina Caze n'aurait pas tenté de chercher de l'aide pour sauver sa fille. «Tu continues de crier au loup, quand tu seras morte, tu seras enterrée et la vie continuera après une racaille qui n'écoute pas ses parents et qui continue de rechercher l'attention des garçons et des filles au lieu de ses livres.», aurait-elle notamment écrit.

Soupçons de maltraitance

L'avocat défendant la mère de la victime affirme que les accusations dont le DCF se fait l'écho sont «absolument fausses». Il assure que les commentaires rédigés par Gina Caze l'ont été après la mort de sa fille, alors qu'elle croyait que son suicide était une mise en scène. «Elle dément sans équivoque avoir été en ligne pendant que Naika était vivante», a-t-il déclaré.

Pendant huit ans, la jeune fille, qui souffrait de troubles du comportement, a été ballottée de familles d'accueil en foyers pour enfants. Sa mère était soupçonnée de la maltraiter, lui imposant notamment de regarder des vidéos pornos. Dans les jours qui ont précédé sa mort, l'adolescente avait confié à son tuteur qu'elle était triste que sa mère ne veuille pas la reprendre auprès d'elle. Elle se voyait déjà finir sa jeunesse en foyer.

Le suicide diffusé en direct sur Facebook prend de l'ampleur. Le 30 décembre, Katelyn Nicole Davis, 12 ans, de Géorgie, a mis fin à ses jours en live sur le réseau social. Elle expliquait qu'elle avait été physiquement et sexuellement abusée par un membre de sa famille. Lundi, un aspirant acteur à Hollywood âgé de 33 ans s'est, lui, tiré une balle de la tête en direct sur Facebook après avoir été arrêté pour agression sexuelle. Il était père de six enfants.

Source

Conversations Facebook