La technologie numérique au service de la qualité de vie et de l’écologie

Une innovation de taille qui fera le bonheur de beaucoup de gens ! Dans les quartiers Nord de Nantes, une start-up a développé un système de chaudière numérique utilisant la chaleur des serveurs informatiques, pour chauffer l'eau des habitants d'un logement social.

« Je me suis dit que c’était dingue d’utiliser de la climatisation pour faire baisser la chaleur alors qu’on avait justement besoin de cette chaleur tous les jours dans notre quotidien. » Voilà comment Christophe Perron, président-fondateur de la start-up Stimergy, a su travailler son imagination pour créer ce projet formidable.

Ce système astucieux a été mis au point par ce jeune start-up français, dans le but d'équiper des appartements HLM de la Ville de Paris.

Faire des économies d'énergie: la consigne est partout, les débats sur l'efficacité énergétique battent leur plein et la recherche s'active. La priorité est d'éviter toute forme de gaspillage. 

Si tout le monde pense plus ou moins à éteindre les lumières en sortant d'une pièce, on oublie plus souvent de débrancher les consoles de jeu, les chargeurs en tous genres ou encore la télévision durant les absences. Et pourtant, toujours selon l'étude, la consommation de ce type d'appareils correspond à «7 ou 8 ampoules nouvelle génération laissées allumées 365 jours par an et 24 heures sur 24 dans chacun des foyers français», précise encore l'étude.

Bien sûr, une partie de cette surconsommation est incompressible. C'est le cas, par exemple, des réfrigérateurs ou des extracteurs d'air visant à aérer les pièces humides dont l'installation est désormais obligatoire dans les constructions récentes. Mais pour le reste, «le comportement des consommateurs est décisif», assure l'étude.

Dans un genre différent mais répondant à la même volonté d'éviter le gaspillage énergétique, Christophe Perron, a réussi à mettre au point des radiateurs qui intègrent des processeurs de calcul comme source d'énergie. «Aujourd'hui, il existe un marché de la puissance de calcul», nous rappelle Paul Benoît.

Un système très prometteur

Le fondateur nous explique le processus : «la première chaudière numérique de France : des serveurs informatiques sont installés à proximité directe d’habitations et la chaleur qu’ils produisent est utilisée pour chauffer l’eau distribuée aux habitants.

40 % d’économies d’énergie

« La chaleur émise par les composants électroniques est récupérée, acheminée par des tuyaux jusqu’à un ballon tampon puis intégrée au circuit d’eau chaude sanitaire, explique Christophe Perron. Le système permet de réaliser environ 40 % d’économies d’énergie sur l’eau chaude du bâtiment. C’est très fiable, la production est continue toute l’année. »

Dans un premier temps, les locataires ne verront quasiment pas la différence sur leur facture car les charges sont mutualisées sur une grande partie du parc social. Mais si les charges venaient à être individualisées (c’est en projet), le dispositif permettrait d’économiser de 80 à 150 euros par an par logement.

« C’est la technologie numérique au service de la qualité de vie et de l’écologie, se félicite Johanna Rolland, maire de Nantes. Cela démontre parfaitement comment l’innovation collective contribue à inventer la ville de demain. »

D’autres projets similaires sur l’île de Nantes

Quant à Stimergy, il loue ses serveurs à des entreprises ayant besoin de stocker des données à des tarifs très attractifs grâce à l’absence de climatisation. « Cela permet de diviser par deux la facture électrique. C’est plusieurs milliers d’euros économisés sur un an », assure Christophe Perron.

La chaudière numérique de Nantes-nord ne devrait pas rester seule très longtemps. Nantes métropole prévoit de déployer deux projets identiques sur des immeubles de l’île de Nantes, alimentant près de 200 logements sociaux. Le nouvel établissement qui abritera en 2019 les Bains-douches municipaux et un restaurant social pour sans-abri, toujours sur l’île de Nantes, devrait aussi disposer d’une chaudière numérique.

Source



Conversations Facebook