Une prouesse sanitaire en question.

En Ukraine, un couple souffrant d'infertilité vient d'accueillir un bébé grâce à la fécondation in vitro. En réalité, l'enfant à trois parents.

Désireuse d'avoir un bébé depuis 10 ans, la jeune femme de 34 ans a fait quatre fécondations in vitro. Sans succès. Mais à chaque fois, le développement de l'embryon s'arrêtait avant d'arriver dans l'utérus, relate Futura-Sciences. 

Après avoir fécondé l'ovocyte de la mère et les spermatozoïdes du père, les médecins la clinique Nadiya de Kiev ont transféré le pronucleus dans l'ovocyte d'une donneuse pour ensuite implanter l'embryon dans l'utérus de la mère.

Mais le bébé de sexe féminin, né le 5 janvier, dispose d'un ADN nucléaire de ses deux parents et d'un ADN mitochondrial de la donneuse. C'est ce dernier ADN que le bébé transmettrait à ses enfants si elle accouchait.

La réglementation de la naissance des bébés à trois parents est encore en balbutiement. Le Royaume-Uni a autorisé cette naissance en cas de maladies des mitochondries de la mère. Au Mexique, également, un bébé à trois parents est né l'année dernière, rappelle Futura-Sciences.



Conversations Facebook