Chuck Berry est l’auteur de standards inoubliables comme «Johnny B. Goode », « Roll Over Beethoven » ou « Sweet Little Sixteen ».

Cette grande figure du rock’n’roll, est décédée samedi 18 mars à l’âge de 90 ans, dans sa maison du Missouri, dans le comté de Saint-Charles. L’annonce a été faite par la police locale.

Chuck Berry laisse une œuvre immense, de Maybellene à Roll Over Beethoven et Johnny B. Goode, qui a influencé plusieurs générations de musiciens. Auteur d’un grand nombre de classiques du rock, il a composé des dizaines de tubes des années 50, 60 et 70, parmi lesquels Sweet Little Sixteen, School Days ou My Ding a Ling.

Chuck Berry  est désigné comme “le père du rock'n'roll” par de nombreux admirateurs. Il a également influencé de nombreux artistes et a vu son répertoire souvent repris.

Il est né le 18 octobre 1926 à Saint Louis (Missouri) où il découvre la musique grâce à ses parents, choristes pendant l'office dans une petite église. Avec comme idole Nat KingCole, il commence à apprendre la guitare pour jouer les titres qui passent à la radio, tout en accumulant les petits boulots et en flirtant avec la délinquance. Devenu coiffeur, marié et père de famille, il arrondit ses fins de mois en jouant de la guitare dans des clubs, lorsqu'il est remarqué par le bluesman Muddy Waters.

A partir de 1952, il joue de la guitare, chante avec plusieurs groupes éphémères et apprend le métier de la scène en se forgeant une gestuelle particulière. On se souvient de son duckwalk, qui consiste à jouer de la guitare en imitant une danseuse de french cancan souffrant d'arthrose.

Sa carrière lancée, cette bête de scène à la voix claire et à la diction précise enchaîne les tubes: Sweet Little Sixteen, Johnny B. Goode, Rock'n'Roll Music, School Days, No Particular Place To Go, Carol, etc.

Son succès est gigantesque, ses chansons sont partout et il parvient, avec des thèmes simples et universels exaltant les préoccupations des adolescents - la fête, le flirt, les voitures, l’école – à devenir le héros d’une jeunesse blanche fascinée par le rock.

Sa carrière est ensuite freinée par une condamnation en 1961 et un séjour de deux ans en prison pour une affaire de mœurs. A sa sortie, il traverse une période difficile, tandis que ses standards commencent à être repris par des groupes européens comme les Beatles ou les Rolling Stones. En février 1972, lors d’une émission de télévision, John Lennon, avait été affirmatif : « Si vous cherchez un autre nom à donner au rock’n’roll, vous devez l’appeler Chuck Berry. »

Chuck Berry ne renoue avec le succès qu'au début des années70, avec My Ding A Ling (1972), qui le replace au sommet des hits parades. Il multiplie alors les tournées, monnayant très cher ses apparitions. Défrayant à nouveau occasionnellement la chronique par ses démêlés avec la justice, le chanteur se retire ensuite peu à peu, continuant cependant à donner des concerts, de plus en plus espacés.

Le jour de son 90e anniversaire, il avait créé la surprise en annonçant la sortie d'un nouvel album, son premier depuis près de 40 ans. Sobrement intitulé «Chuck», l'album a été enregistré dans des studios près de Saint-Louis et devait sortir dans le courant de cette année.

Son succès Johnny B. Goode de 1958 reste à ce jour un des titres les plus reconnaissables de la musique populaire, qui a même été sélectionné pour figurer parmi les chansons emblématiques envoyées en 1977 dans la sonde spatiale «Voyager» à destination d'éventuels extraterrestres.

Roll Over Beethoven (1956)

Sweet Little Sixteen (1958)

Johnny B.Goode (1958)

Source

Conversations Facebook